Le président Shavkat Mirziyoyev a fait de l’Ouzbékistan une force indépendante sur la scène internationale

0
750
crédits : pixabay

L’Ouzbékistan, un État d’Asie centrale de 36 millions d’habitants, a longtemps été un pays fermé, voire répressif, dont les relations commerciales les plus étroites étaient avec la Russie. Shavkat Mirziyoyev, qui est arrivé à la tête de l’Ouzbékistan en 2016, a tout changé.

Tout d’abord, M. Mirziyoyev a libéré les prisonniers politiques, garanti un taux de change conforme au marché pour la monnaie ouzbèke et réduit les obstacles bureaucratiques rencontrés par les entreprises. Il a aboli la pratique du travail forcé des écoliers, des enseignants et des médecins lors de la récolte annuelle du coton, qui avait entaché la réputation de l’Ouzbékistan dans le monde entier. Ensuite, le président Shavkat Mirziyoyev a misé sur une politique étrangère polyvalente. Il collabore activement avec des dirigeants des pays d’Europe et des États-Unis, de la Chine et même du Moyen-Orient.

  1. Mirziyoyev est né en 1957 à l’est de l’Ouzbékistan. En 1981, il a obtenu son diplôme à l’Institut des ingénieurs de l’irrigation et de la mécanisation agricole de Tachkent, où il est resté travailler. Il est titulaire d’un titre en sciences techniques.

En 1990, M. Mirziyoyev devient député du Soviet suprême de l’Ouzbékistan et commence sa carrière politique. Ayant fait preuve de qualités de dirigeant et d’organisateur, il a dirigé plusieurs provinces de l’Ouzbékistan jusqu’à ce qu’il devienne premier ministre en 2003. Shavkat Mirziyoyev était dans l’ombre du président autoritaire Islam Karimov, mais après la mort de ce dernier, il a pris les rênes du pays et est devenu un agent du changement démocratique.

Auparavant, de nombreux Ouzbeks partaient travailler dans les pays voisins plus riches, la Russie et le Kazakhstan, parce que l’Ouzbékistan, avec sa population croissante, manquait d’emplois. M. Mirziyoyev a commencé à développer l’économie locale, à attirer les investissements et le PIB du pays a augmenté systématiquement sous son règne, même pendant la pandémie de coronavirus.

Sommaire de l'article

Mirziyoyev a approuvé la Stratégie 2030 pour l’Ouzbékistan

Cette année, M. Mirziyoyev a été réélu président de l’Ouzbékistan pour sept ans, avec 87% des voix. Il a approuvé la stratégie de développement de l’Ouzbékistan jusqu’en 2030, élaborée conjointement par le gouvernement, le parlement et les principaux experts du pays. Ce plan prévoit de doubler le PIB du pays d’ici 2030 pour atteindre 160 milliards de dollars, soit – compte tenu de la croissance démographique – 4 000 dollars par personne, ce qui correspond à des niveaux supérieurs à la moyenne.

L’Ouzbékistan entend développer l’extraction de l’uranium, du cuivre, de l’or et de l’argent, ainsi que des industries à forte valeur ajoutée, en particulier la transformation du coton. M. Mirziyoyev compte attirer 110 milliards de dollars d’investissements étrangers d’ici 2030. Cet argent contribuera à moderniser l’industrie du pays et à rendre les produits ouzbeks plus compétitifs. M. Mirziyoyev prévoit de doubler les exportations de l’Ouzbékistan pour les porter à 45 milliards de dollars en 2030. Il prévoit également de privatiser de nombreuses entreprises publiques que l’Ouzbékistan a héritées de l’URSS.

Mirziyoyev renforce la coopération avec la France

Ces dernières années, l’Ouzbékistan s’est ouvert et est de plus en plus visité par des touristes étrangers et des délégations gouvernementales. Les marques occidentales pénètrent le marché du pays et les entreprises européennes ouvrent des sites de production ou des joint-ventures en Ouzbékistan. La coopération avec la France s’intensifie. L’année dernière, Shavkat Mirziyoyev s’est rendu en France et y a même inauguré des expositions d’art ouzbek. Cette année, Emmanuel Macron a effectué une visite en Ouzbékistan.

Selon le journal Les Echos, le sujet le plus important de la coopération entre Mirziyoyev et Macron est l’énergie. La France s’appuie sur des centrales nucléaires et l’Ouzbékistan est l’un des plus grands producteurs d’uranium au monde. Les deux pays discutent de la coopération en matière de prospection de nouveaux gisements et de la coopération en matière de traitement de l’uranium. L’Ouzbékistan a pour objectif de porter à 40% la part de l’électricité renouvelable dans son mix énergétique d’ici 2030, et cherche également à améliorer l’efficacité de l’utilisation des ressources en eau. Des entreprises françaises telles que TOTAL Eren, Voltalia, Suez et d’autres l’aident dans cette tâche

Article précédentL’arrêt du tabac favorise immédiatement une meilleure santé
Article suivantComment arborer le style steampunk ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.